Saint James : 130 ans fêtés avec 350 salariés dont 63 nouveaux embauchés en 3 ans

Saint James textile.png

Ils n’étaient plus que 37 en 1970 à bosser aux Tricots Saint James. Près d’un demi-siècle plus tard, ils (et surtout elles à 77 %) sont 350 ! Preuve en est, si besoin, que le textile « made in France » n’est pas mort. Bien au contraire, même. Il s’exporte : près de 40% du business de cette entreprise du patrimoine vivant hexagonal est réalisé à l’international (et 6% en ecommerce). L’objectif est fixé à 50% dans la décennie qui vient. Le reste est, pour l’instant, généré à travers 600 points de vente en France. En 2018, Saint James a réalisé 58 millions d’euros de chiffre d’affaires. Soit plus du double de ce qui était encaissé au début des années 2000. La reprise par ses cadres s’avère gagnante. Aujourd’hui, Luc Lesénécal et Patrice Guinebault pilotent ce fleuron de l’industrie textile.Saint James logo.png

Le textile recrute

Ses nouveaux talents, Saint James les attire en Normandie, à quelques rayures du Mont Saint-Michel. Ces trois dernières années, 63 nouvelles embauches nettes ont été signées par l’atelier textile qui recrute notamment des couturiers et couturières, pour des métiers ancestraux : raccoutrage, remaillage (que j’ai testé pour vous), etc.

Nouveau logo

Saint James MontSaintMichel.pngPour ses 130 ans, l’entreprise a réaffirmé son ancrage normand en réunissant tous ses salariés au cours d’une traversée symbolique de la baie du Mont Saint Michel. L’occasion unique de dévoiler sa nouvelle identité, sous un logo redessiné.

Géry

👉 EN SAVOiR + iCi

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.