Je veux faire entrer la vidéo dans ma boîte, oui mais comment ?

Plus de 80% du flux média actuel, c’est de la vidéo ! 2020. Il est temps de s’y mettre et il n’est pas trop tard. Dans cet article, on vous montre comment passer à l’action et embarquer vos équipes. Ou comment faire entrer la vidéo dans ma boîte.

Temps de lecture : 4 min

  • Tous journalistes, tous Youtubeurs
  • Editorialiser : charte, ligne et planning
  • LA question du matériel
  • Prêts à tourner, action !

Pas encore de vidéo ? Peur de la vidéo ? Pas de panique. C’est tout à fait normal. La vidéo, ou plutôt la caméra qui permet de la réaliser, fait naturellement peur. On n’est pas à l’aise face à une machine car on ne sait pas qui regarde derrière l’objectif. Commençons donc par nous fixer un objectif clair : pourquoi faire une vidéo ? Quel message je veux faire passer ? Quelles images je veux montrer de mon entreprise, de mes équipes, de mon environnement et de mon ambiance de travail, de moi ? Une fois déterminé ce « brief » de cadrage, on peut commencer à passer à l’action.

Tous JournaliStes, tous youtubeurs

Aujourd’hui, n’importe qui peut filmer avec un smartphone, n’importe quoi (ou presque). N’oublions jamais le droit à l’image de chaque individu ! Ce n’est pas pour rien qu’un débat fait actuellement rage quant au projet de loi de sécurité globale pour encadrer notamment les prises de vue lors des manifestations publiques. Liberté d’informer d’un côté ; droit à la vie privée de l’autre. Les deux ne sont pas antinomiques si l’on prend quelques précautions, surtout dans le cadre d’une entreprise privée.

Tous les secteurs d’activités sont concernés par la vidéo, même l’agroalimentaire s’y met !

Il y a quelques années, nous avons assisté à un phénomène bien connu : tout le monde de l’Entreprise est devenu journaliste en herbe pour produire du contenu, toujours du contenu, encore du contenu. Utile au référencement soit dit en passant. De plus en plus, demain, l’Entreprise va vouloir (se) filmer. En première ligne, les salariés vont vouloir se filmer au travail. Et dites-vous bien que les bad buzz partaient souvent d’une bonne intention. Mais parce que l’entreprise n’a pas cadré et anticipé collectivement ces réalisations vidéos amateurs, c’est un mot de passe compromettant qui se retrouve par exemple à l’écran. Pour ne citer que le moins gênant.

ÉDITORIALiser : Charte, ligne et planning

Nous vous proposons donc 3 règles simples à mettre en œuvre avec un seul mot d’ordre : AN-TI-CI-PER.

1. Commencer par écrire une charte éditoriale

Ce document de référence d’une page (pas plus) sera écrit en concertation avec toutes les parties prenantes de l’entreprise. Il établit et rappellera les règles et les limites que se fixe l’entreprise en matière de vidéo… et de photographie aussi, profitons-en. C’est le moment de poser le cadre : les lieux et services sensibles à ne jamais filmer par exemple. Si une entreprise se doit de communiquer, elle n’est pas obligée de tout montrer ni de révéler des secrets de fabrique. Les brevets qui ont permis de créer des process spécifiques et autres modèles déposés sont à protéger. Autrement dit, ce qui se passe dans l’arrière-cuisine reste l’arrière-cuisine. Nous avons été surpris, lors d’un tournage dans l’agroalimentaire, de pouvoir filmer tout un process industriel, en l’occurrence une ligne de produits frais, mais surtout pas la largeur du tapis roulant transportant ledits produits. On ne pouvait pas le deviner. Ce qui écrit est mieux compris. Bonnes pratiques rime avec bonne conduite.

2. Garder la ligne éditoriale

Une ligne éditoriale c’est comme un cap à fixer en équipe. Une question à se poser : de quels sujets veut-on et doit-on parler ? Il y a les incontournables, les « marronniers » (ceux qui reviennent à des moments précis), les surprises et les interdits, ceux qu’on n’abordera jamais par conviction, déontologie… Quels sujets et thématiques, mais aussi quel ton je veux donner à mon média : voilà la deuxième question à se poser. 3e ambition : quels sont mes objectifs et cibles ? Bien sûr, la ligne éditoriale se décline par support (site web, newsletter…), par réseau social également. N’oublions jamais la clarté du message ! Et en matière de communication, la règle c’est 1 message = 1 support.

3. Accrocher son planning éditorial

A quel rythme prendre la parole ? Voilà une question essentielle à se poser. Ecrire son planning éditorial doit aider à y voir clair dans ses communications tout au long de l’année. Souvent, nous entendons des entreprises confier : « Mais je n’ai rien à dire ». Très différent de « je ne sais pas quoi dire ». Créer son planning éditorial doit aider à faire émerger plein d’idées de sujets. Ce travail d’équipe sous forme de brainstorming posera les jalons importants d’une période donnée. Planifier ne veut pas dire s’interdire la surprise, bien au contraire. Réservez lui une belle place.

La question du matériel

Si tout le monde peut aujourd’hui filmer avec son smartphone, va rapidement se poser la question du matériel. Sans tomber dans la grosse production, l’entreprise doit s’équiper un minimum et penser cadrage, lumière, son. En la matière, le son est tout aussi, voire beaucoup plus important que l’image ! Les vidéastes en herbe l’oublient trop souvent. Une mauvaise qualité sonore desservira forcément l’image, alors que des micro-cravates à tarif accessible peuvent très bien faire le job. Sans être technicien professionnel, leur usage est facile pour tous. On aurait tort de s’en priver. Si vous voulez créer votre signature sonore et visuelle, ajouter des effets, en revanche, mieux vaut faire appel à un pro car ce genre d’outil peut vite être chronophage !

Un logiciel de montage vidéo sera aussi nécessaire. Certains existent en applications sur smartphone ou tablette, simple d’utilisation en totale autonomie. Pour se former à leur usage, de nombreux tutoriels existent sur le web. Et pourquoi pas s’offrir ou offrir à ses salariés une formation avec un pro ? La période est propice.

Enfin, pourquoi pas créer son propre studio interne ? Certaines entreprises vont jusqu’à s’équiper de cette solution en totale autonomie. Très utile en période de crise sanitaire lorsque les commerciaux ne peuvent plus se rendre chez leurs clients par exemple. Rien de tel que de les inviter à partager en immersion live un moment d’échange au cœur de l’entreprise, autour d’une innovation produit ou d’une démo par exemple. Certains industriels comme Edixia [LIEN WEB vers STUDIO LIVE) l’ont bien compris. Ce que permet ce type de studio nécessitant aussi une phase d’apprentissage.

Prêts à tourner ? Action !

Si vous avez lu ces lignes jusqu’ici, bravo ! Vous êtes (presque) prêts à passer à l’action. Nous vous souhaitons maintenant de belles réalisations à concrétiser et à partager. Faites-en des moments de management interne et de valorisation de l’entreprise. Ces projets doivent servir la fierté d’appartenance et plein d’autres leviers. Avant même leur diffusion à l’externe, ces vidéos doivent rayonner en interne, lors d’avant-premières réservées aux salariés par exemple. Ce serait trop bête de ne pas les mettre sous les feux des projecteurs pour les remercier et les féliciter non ?

🔎 Vous avez réalisé des vidéos, partagez-les nous en commentaires ! Merci 😉

Je viens bosser chez vous a une chaîne Youtube et un site internet avec plein de choses dessus, et pas que des vidéos. Des Podcasts par exemple.

    ✅ « MON TOURNAGE VIDÉO EN TOUTE SÉCURITÉ SANITAIRE »
    Téléchargez ci-dessous notre fiche pratique en PDF ⤵️

    Je veux aussi recevoir vos nouvelles « De Nous chez Vous » et vos prochains Tips (1 à 2 fois par mois).

    J'ai lu et accepte les CGU et la politique de confidentialité.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.